Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 00:00
    Une figurine vous arrive avec un sabre sans sa lame ? Que faire ?
(Petite précision : ce n'est pas moi sur la photo...)

1°) Prier saint Antoine de Padoue pour qu'il la retrouve...
2°) Envoyer un colis piégé à votre fournisseur...
3°) Pleurer et finalement intégrer la figurine (sans son sabre) dans un régiment
4°) S'arracher les cheveux (dans mon cas, ce serait suicidaire vue l'état très avancé de ma calvitie...)
5°) Transformer la figurine et lui assigner une autre mission.

    Aujourd'hui, je retiendrai la solution n°5 (même si au départ, j'ai été tenté par la solution 2...).
    J'ai, en effet, eu la désagréable surprise de trouver dans mon blister de compagnie d'élite de hussard une figurine privée de la lame de son sabre. Je décidais donc de "profiter" de l'occasion pour tenter une conversion assez simple. J'utilisais comme document de référence une illustration tirée du volume consacré à l'Etat-Major et au service de santé de la série "Les uniformes du Premier Empire" de ce cher commandant Bucquoy. Illustration réalisée par P. Benigni d'après une gravure d'Horace Vernet

          En ce qui concerne le cavalier, les transformations furent relativement simples :
- suppression du plumet ;
- suppression des bottes à la hussarde et création du pantalon
- rectification de la position du bras (le bras était initialement à 90°). Cette étape est un peu délicate car il ne faut pas casser le bras.
En ce qui concerne la garde du sabre, j'eus l'idée de la transformer en un gant (celui de la main gauche) tenu dans la main droite.
Voici donc la figurine en question.






















    Les galons visibles sur le bras droit ont été rajoutés à la peinture.

    Pour le cheval, il m'a "juste" fallu transformer la peau de mouton en peau de tigre. Pour cette modification, j'ai conservé le devant de la peau mouton (je l'ai juste un peu lissé à la meuleuse) mais j'ai entièrement refait l'arrière afin d'avoir la découpe voulue. J'ai utilisé un col de bouteille (en étain) que j'ai collé à la peau de mouton (la jonction se trouve sous les fesses du cavalier). Le reste est question de peinture. Pour donner un peu de relief au liseré rouge, j'ai utilisé de la peinture épaisse en deux couches : une noire puis une rouge. Bien évidemment, il y a eu ensuite un petit coup de brossage.
    Je n'ai pas eu le courage de faire le "pompon" sous la tête du cheval. Cela n'aurait pas été évident de le fixer de façon solide (surtout pour le jeu).

    Si vous avez des "trucs" concernant les tranformations n'hésitez pas à nous les faire connaître. J'ai mis un mail où vous pouvez me contacter.

Qui était le général Franceschi-Delonne ?
Jean-Baptiste Francesqui, dit Franceschi-Delonne fut un brillant divisionnaire de cavalerie légère doublé d'un esthète. Grand amateur d'art, il fut même lauréat du prix de Rome et pensionnaire de la villa Médicis (Le maréchal Soult était aussi un grand amateur d'art et il ramena de nombreux "souvenirs" d'Andalousie...).
    Ce lyonnais né en 1767 devait perdre la vie en Espagne en 1810.
Ses états de services :
En 1805, il est colonel du 8ème hussard  avant de devenir général de brigade.
En 1807, il devient aide de camp de Joseph Bonaparte en Espagne après avoir été à l'état-major d'Eugène de Beauharnais alors vice-roi d'Italie.
En 1808, il prend le commandement de la brigade légère sous les ordres de Ney
En 1809, il prend le commandement d'une division de cavalerie légère au Portugal.
Le 12 mai 1809 en Espagne, il est capturé par la bande del Capuchino (le Capucin, chef de guerilla fameux). Emprisonné d'abord à Séville. Il finit ses jours à Carthagène dans des conditions de détention très éprouvantes. Il fut torturé et souffrit de la
fièvre jaune. Il y meurt le 23 octobre 1810.
Illustration de la capture du général Francesci-Delonne tirée de Los guerilleros, 1808-1814
publié chez Andrea Press (voir article dans la rubrique "bibliothèque")
Il est curieux de le voir porter une tenue de brigadier alors qu'il était divisionnaire (l'écharpe devrait être or et rouge) et qui plus est divisionnaire de cavalerie légère. On connaît le goût de ces cavaliers pour les tenues chamarées. La source indiquée est un dessin de Philippoteaux.

    Hasta luego !
Philippe

Partager cet article

Repost 0
Published by el_frances - dans Premier Empire
commenter cet article

commentaires

miji 24/07/2008 21:12

allez ! le voilà qui devient chirurgien esthétique à présent ! ou grand couturier ... au choix ...
contente de voir que tu as le temps de nourrir ton bébé blog, en plus des vrais ...bizàtous.m.

el_frances 25/07/2008 13:27


Et oui c'est ça les vacances ! Mais il faut parfois choisir entre peindre et bloguer. Le choix est parfois difficile...
Bises
Philippe


Présentation

  • : Le blog de el_frances
  • Le blog de el_frances
  • : site consacré aux figurines (15, 20 et 28mm)et aux jeux avec figurines (Empire, Guerre de Sécession, Guerre d'Espagne, Seconde guerre mondiale.
  • Contact

Recherche