Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 15:30

     Ce mois de décembre aura été pour moi l'occasion de tester la règle "No pasaran" grâce à mon complice de toujours Alain-Spartacus-Jeannette-Lahire. Il commandait les troupes républicaines et moi les troupes nationalistes.

     Le scénario utilisé a été tiré du Vae Victis n° 20 (mai-juin 1998).


Contexte historique :


A la mi-octobre 1937, au nord-ouest d’Aranjuez, de violents combats vont opposer la 14ème Brigade internationale du lieutenant-colonel Jules Dumont, essentiellement composée de troupes francophones, aux légionnaires du Tercio, dans les rangs desquels figurent des volontaires français de la « phalange Jeanne d’Arc ». Les franquistes ont pour objectif de contrôler les voies de communication qui relient Madrid à Valence, et les lignes républicaines sont soumises à un intense pilonnage d’artillerie.

            La lutte est sans merci, on se bat à l’arme blanche, et d’une position à l’autre fusent des insultes bien françaises qui ne dépareraient pas dans un embouteillage parisien ! Lorsque le front se stabilise enfin après trois jours de furieux combats, les républicains ont tenu leurs positions, mais la 14ème Brigade internationale a perdu à elle seule plus de 1 200 hommes… ¡No pasaran !


Ordres de bataille



Le terrain

Règles particulières

Le canal est impassable excepté par les ponts.

Le joueur républicain dispose 40 cm de retranchements dans sa zone de déploiement.

Le joueur nationaliste se déploie dans les 30 cm du bord ouest de la table.

Les fantassins des deux camps sont très motivés excepté le bataillon Germinal dont le moral est calculé aléatoirement (milicien).

Le commandement nationaliste est très compétent et le commandement républicain normal.

Le T-26 républicain intervient sur un As rouge et entre par une route à l'est de la table.

La partie se joue en 3 paquets de carte.


Conditions  de victoire :

     Pour gagner, le joueur nationaliste doit s'emparer de 20 cm de voie ferrée et/ou de la route parallèle.




 

(Pour écouter "El paso del Ebro", Chant républicain)



Le compte-rendu


A mon arrivée le terrain était déjà en place et, comme toujours, il était parfait !

Vue générale (Repérez les ponts ! )

Vue du village aux mains des Républicains.

Avant de commencer à disposer nos troupes visibles, les Républicains ont déterminé le moral des milices anarchistes. Le jet de dé à donné 2, ce qui signifie que les miliciens sont peu motivés. Inutile de préciser que ce premier point m'arrange... Je n'aurai pas en face de moi des hordes fanatiques ! 

La partie peut alors commencer. Pour déterminer le camp qui a l'initiative, nous retournons la première carte et voilà ce que je découvre (Là ça ne m'arrange pas ! ).

Cela signifie, en effet, que les Républicains commencent et qu'en plus le T-26 va pouvoir entrer dès le 1er tour !!!

Le dispositif est simple à résumer :

- sur une rive, les nationalistes partent à l'assaut du pont situé au sud de la table.

- sur l'autre rive les Républicains défendent avec acharnement le pont sud et les retranchements.

Ma stratégie a consisté à utiliser les canons de 75 en les plaçant sur les hauteurs et à leur faire opérer un pilonnage intensif sur les troupes à proximité du pont avant de lancer la Légion à l'assaut.

Les Républicains ont, quant à eux, placé un canon anti-char à l'entrée du pont sud soutenu par le T-26. Disposant moi aussi d'un T-26, nous avons eu un beau duel...

J'ai donc complétement délaissé la partie nord de la table : le village car mes troupes étaient moins performantes en combat de rue que les Brigades internationales. J'ai juste placé 2 panzers 1 en couverture au cas où...

Petite précaution : vous aurez noté que la colline comporte un charmant petit bois... M'étant déjà fait avoir dans une autre partie (guerre de 70) pour avoir négligé la reconnaissance d'un bois, j'ai décidé d'envoyer ma cavalerie maure. Le bois était finalement vide ou presque...


Plus sérieusement, le bois était vide et mes troupes ont pu progresser sans encombre.

Voici donc quelques images de ce déploiement.

Les nationalistes progressent.

La cavalerie républicaine et le canon antichar sont chargé de l'accueil...

Les nationalistes continuèrent à se déployer, en essuyant quelques tirs sans résultats inquiétants.


L'artillerie commence à gagner les hauteurs et les maures progressent 

Un prêtre fanatise les troupes !

La défense républicaine s'organise : le T-26 s'approche du pont ! 


Une attaque aérienne est lancée par les Républicains et une contre-attaque nationaliste suit. Les Regulares maures subissent des pertes et voient leur effectif chuter de moitié...

Un polikarpov I-15 et I-16 passent à l'attaque.

La riposte nationaliste n'empêche pas les "moscas" de faire leur boulot.


Cela n'arrête pas l'avancée nationaliste et les Tercios de la Légion se déploient. L'artillerie entre en action.

Au sol, l'attaque du pont est prête. Elle sera longue et dure.

Notez les deux canons de 75 sur les collines à gauche et à droite.

Après le duel aérien, vient le duel des T-26. Cette lutte pour le pont ne sera que reculset reprises de position par les Républicains. Sans les 2 canons de 75, les nationalistes ne seraient pas venus à bout de la défense républicaine. Et oui, ce sont les nationalistes qui ont remporté ce combat mais je dois reconnaître qu'Alain n'avait pas la position la plus facile : il avait une position à défendre qui s'étalait sur toute la largeur de la table. Il avait donc réparti ses troupes alors que j'ai fait le choix d'attaquer massivement à un endroit. Il disposait d'un canon de 75 mais celui-ci n'était pas au bon endroit...

Le T-26 républicain n'a pas une porté suffisante pour inquiéter les canons de 75 nationalistes


Le T-26 républicain est repoussé et le canon antichar est finalement détruit. Les miliciens de la FAI tentent de venir en renfort mais ils ne font pas le poids contre l'armée d'Afrique.

L'antichar détruit, la voie est libre pour les tercios de la Légion

Les légionnaires se préparent à "accueillir" les anarchistes


Les nationalistes contrôlent finalement la route et la voie ferrée. Victoria !

Le prêtre est descendu de son char et prend possession du pont.

"Viva el cristo rey" (Les maures ne sont peut être pas vraiment convaincus...)


Le gros de l'affrontement a eu lieu sur la partie sud de la table. Au Nord seuls deux panzers ont tenté de percer les défenses des Brigades internationales. Celles-ci ont tenu !


Quant à la compagnie de Gardes civils, elle a préféré partir à la chasse aux lapins (je l'ai oubliée dans le bois...).


En résumé : une super partie. On s'est bien amusé. Comme d'habitude, on ne s'est pas engueulé (c'est important !). Et on a terminé en réfléchissant à une prochaine bataille...

Cette partie a mis en évidence le rôle décisif de l'artillerie de position. Les blindés ne pouvaient pas emporter la décision seuls (ce qui est historique). "No pasaran" est une bonne règle d'initiation qui mérite d'être améliorée ou plutôt amendée au gré des parties.

Image d'archive perso...


Avant de terminer ce compte-rendu, je dois vous avouer que j'ai été un peu déloyal envers mon "adversaire" car j'ai utilisé une arme (secrète) qui ne figurait pas dans l'organigramme nationaliste. Cette arme (à double tranchant) que vous allez découvrir à eu d'énormes conséquences sur le moral de mon adversaire . Âmes sensibles s'abstenir

Premier tir ! (Alain a été perturbé par le petit tatouage aux armes de la Falange)


2ème tir (No pasaran !)


JOYEUX NOËL A TOUTES et A TOUS

C'est juste pour changer du traditionnel sapin qui clignote

ou du Père Noël qui fait coucou... Promis


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain-Spartacus-Jeannette 25/12/2008 16:33

C'est vrai que ce fut une belle bataille!! Hèlas pour moi, je n'ai pas été à la hauteur de mon role de chef des brigades internationales, et mon dispositif a été mauvais...Mais on s'est bien amusés,et..."c'est au sourire du vaincu que se mesure la valeur du vainqueur!!! Viva El Francès!!!

el_frances 25/12/2008 19:14


Peu importe le résultat de la partie. L'essentiel est d'avoir pris du plaisir à jouer et ce fut le cas !


Présentation

  • : Le blog de el_frances
  • Le blog de el_frances
  • : site consacré aux figurines (15, 20 et 28mm)et aux jeux avec figurines (Empire, Guerre de Sécession, Guerre d'Espagne, Seconde guerre mondiale.
  • Contact

Recherche