Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 00:00
    



      Au début de la guerre de sécession, la cavalerie de l'Union est constituée de 5 régiments réguliers :
- 2 régiments de dragons
- 1 régiment de fusiliers montés
- 2 régiments de cavalerie
Après la bataille de Bull Run, 31 régiments sont mis sur pied pour la durée de la guerre. Tous les régiments sont regroupés et forment désormais le corps de cavalerie de l'Armée des Etats-Unis.
      La cavalerie ne cesse d'augmenter ses effectifs pour faire face à la cavalerie confédérée qui la dépasse en qualité.
Dans les deux dernières années du conflit la cavalerie de l'Union joue un rôle capital : ses effectifs (à la fin du conflit, on compte 272 unités), sa mobilité, sa puissance en font une arme redoutable.


     La cavalerie durant la guerre de sécession n'est pas utilisée comme sous l'Empire dans des charges héroïques ; elle remplie plutôt des missions de renseignement (repérage de l'ennemi, de harcèlement et lors des batailles c'est plus sa puissance de feu qui est mise à contribution de le fil des sabres. Pendant les 18 derniers mois de la guerre, une arme révolutionnaire fut utilisée : la carabine à répétition Spencer. 94 000 exemplaires furent mis en service. C'était, paraît-il, la meilleure arme à feu jamais fournie à un cavalier. La Henry, moins fiable que la précédente, équipa une dizaine de milliers d'hommes. Ces armes furent utilisées en même que d'autres carabines à chargement par la culasse comme la Burnisde et la Sharps.

La Spencer


    Essayez au cours d'une partie de charger avec votre cavalerie et vous verrez le résultat... Comparez avec une attaque de cavalerie au feu et vous m'en direz des nouvelles (+1 par dé d'arme à chargement par la culasse, X 2 d'arme à répétition. Si on prend comme exemple 12 cavaliers (une plaquette garde les chevaux)  tirant sur une unité d'infanterie cela donne : (3d6 + 3) x2. Si on prend une moyenne de 3 par dé, cela fait (9 +3)  x2 = 24 soit 4 pertes pour l'unité d'en face... et je n'ai pas envisagé que nos cavaliers soient retranchés derrière un mur...
    Si on prend une charge de 15 cavaliers, avec une moyenne de 3 par dé on obtient 3 x 3d6 = 9 ; 9 x3 cavaliers chargeant) = 27 soit 5 pertes. Cela peut sembler plus intéressant mais il ne faut pas oublier qu'avant de charger nos cavaliers devront réussir un test de réaction et qu'en cas d'échec ils seront cloués sur place et deviendront hésitants. De plus, je ne pense pas que l'adversaire se prive de réaliser un tir défensif et d'infliger quelques pertes à nos cavaliers ce qui les pénalisera pour le test ...
On peut néanmoins envisager la charge par exemple sur une unité démoralisée qui divisera son score de tir par 2 à cause de cette démoralisation et par 2 parce qu'elle tire sur de la cavalerie montée mais qui multipliera par 2 pour le tir à bout portant. Par contre, je déconseille vivement de charger des troupes fraîches sauf absolue nécessité ou si elles sont sous un ordre de mouvement


Côté figurines :

Les figurines utilisées sont des Old GLory 15mm. Ce régiment compte 15 cavaliers (5 plaquettes de 3 figurines) et la version "démontée" totalisera 12 figurines (on considère qu'une plaquette garde les chevaux). Les cavaliers sont séparés des chevaux. J'ai donc commencé par peindre les chevaux avant de m'occuper des cavaliers.

Les chevaux :
Etant donné que je "débute" en 15mm, je tatonne pas mal. Pour les chevaux, j'ai passé une basse noire puis un premier brossage "humide" (c'est paradoxal, je sais, puisque normalement le brossage est sec. Je trouve que le "vrai" brossage donne un aspect usé à la peinture aussi, cette fois-ci, ai-je utilisé une peinture légèrement diluée et mon brossage, d'habitude passé à grands coups de pinceau, s'est voulu plus précis) en Terre d'Ombre Brûlée ou Terre d'Ombre Naturelle ou Gris (selon les chevaux). Le deuxième brossage s'est fait à l'aide de la Terre de Sienne Brûlée que j'ai atténuée avec un peu de Terre de Sienne Naturelle. Pour les chevaux gris, un brossage gris clair a été ensuite complété par un léger brossage blanc.
J'ai ensuite peint tout l'équipement en noir puis à l'aide d'un brossage de noir (20%)+ bleu primaire (10%) + blanc (70%), j'ai créé des reflets.
A cette échelle, il faut marquer le trait si on veut que les effets soient visibles.


Les cavaliers :
Pour les cavaliers, j'ai commencé par les parties chair avant de passer du bleu primaire sur le dolman, le képi et le pantalon. J'ai ensuite brossé le dolman et le képi à l'aide d'un mélange de bleu primaire et de bleu clair n°45 de chez Pébéo (gamme Pébéo Déco). Le même mélange m'a servi pour peindre le pantalon. Une pointe de blanc dans ce mélange m'a permis de "brosser" le pantalon. Le galonnage jaune a ensuite été réalisé. J'ai ensuite collé les cavaliers sur leur monture afin de pouvoir peindre l'équipement sans abîmer le noir des bottes (la difficulté avec ces cavaliers a été de les tenir...). Il ne me restait plus que quelques détails à terminer (dorures et parties métalliques).

A cette étape, on se dit que le travail est fini. Grave erreur ! Il reste le soclage ! Une belle figurine mal soclée ne rendra pas... Ne négligez donc pas cette étape. Pensez à ne pas utiliser des socles trop foncés qui "éteigne" les couleurs.  Pour connaître ma technique, je vous renvois à mon article sur ce sujet : Socler un véhicule (ou des figurines...).

Voici donc le résultat.
(les premières photos sont assez sombres, désolé...)



























La plaquette de commandement :



































Le trompette et son cheval gris...













La troupe :










Le cavalier du centre a subi une blessure à la tête



















































Il ne me reste plus qu'à peindre cette unité "démontée" en train de faire feu sur les Rebs. Mais d'abord, je dois terminer de peindre un bataillon d'infanterie de ligne (entre autres...).

Merci pour votre passage et vos commentaires.
Philippe

Partager cet article

Repost 0
Published by el_frances - dans Guerre de Sécession
commenter cet article

commentaires

Pascal 25/04/2009 01:41

Tout à fait, à 2 secondes cela suffit... En plus si ton APN est comme le mien, il y a une mise au point automatique... Tu enfonces doucement le bouton, l'image se régle d'elle même, tu enfonces à fond, le retardateur se met en route... Et click une jolie photo.

el_frances 28/04/2009 18:27


Merci pour ces infos.


Pascal 23/04/2009 23:49

Superbe peinture Philippe ;)

el_frances 24/04/2009 17:55


Merci ça fait toujours plasir. Je viens de recevoir un pied pour mon appareil photo ; ça devrait me permettre de faire photo plus nettes. J'ai lu qu'en utilisant le retardeur ça évitait aussi de
faire trembler l'appareil au moment de la prise de vue. il suffisait d'y penser !
Au plaisir
Philippe


alain spartacus jeannette 16/02/2009 16:24

Toujours tres réalistes, ces cavalliers bleus, on croirait voir la poussière des habits,et on imagine la sueur et l'odeur des chevaux, du cuir et de la poudre....Cela me donne envie d'aligner mes troupiers sur la table,au son des hymnes yankees et reb's.Au fait, pourquoi ne pas les mettre pour initier et motiver tes lecteurs????

el_frances 17/02/2009 18:19


Je prends note de la suggestion... Quant à ton envie d'aligner des yankees contre des rebs, il faudra qu'on réfléchisse à un moyen de la satisfaire prochainement .


Présentation

  • : Le blog de el_frances
  • Le blog de el_frances
  • : site consacré aux figurines (15, 20 et 28mm)et aux jeux avec figurines (Empire, Guerre de Sécession, Guerre d'Espagne, Seconde guerre mondiale.
  • Contact

Recherche