Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 19:04
     

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/02-01-3.jpg

Le rire n'étant pas (encore) imposable, je vous propose un petit diaporama de citations de quelques uns de nos grands hommes (je ne parle pas de la taille, certains se vexeraient). RIONS PLUS POUR VIVRE PLUS !!!! Cliquez vite sur le lien ci-dessous ! 

link

A bientôt.
Philippe


Repost 0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 10:44
     Je ne sais pas vous, mais personnellement j'aime bien avoir un "bruit de fond" lorsque je peins. Ce peut être la télévision (ça c'est quand je peins le soir) ou de la musique (pour les séances de peinture en journée ou lorsque la lucarne magique ne propose rien d'intéressant...).
Pour ne rien vous cacher, j'aime beaucoup la musique "classique" : de l'opéra en passant par la musique baroque et en faisant un détour par les Romantiques. Je ne déteste pas non plus me faire chatouiller les oreilles par un bon air de salsa ou d'une Sévillane mais difficile de peindre alors sans faire des bavures... Je choisis donc souvent un disque "classique" et, si possible, pas trop "rythmé" afin de bénéficier d'une ambiance sereine. Il y a peu, un ami (P.J. pour ne pas le nommer...) m'a fait découvrir un compositeur qui m'a enthousiasmé : Gustav Malher. Si ce nom ne vous dit rien, je vous conseille de lire la page de Wikipédia qui lui est consacrée. Je ne vais pas me risquer à vous faire une présentation sachant que mon ami P.J. est un spécialiste de la question... Ce compositeur a la réputation d'avoir écrit des pièces qui "pètent" (ce qui n'est pas faux... beaucoup de cuivres et de percussions) mais il a aussi écrit des oeuvres d'où se dégage une grande sérénité. Voici deux symphonies que j'affectionne particulièrement . 

La première symphonie 
(la direction est assurée par le grand Léonard Bernstein à qui l'on doit d'avoir remis Malher à l'honneur)
Un premier mouvement mystérieux...

Un final flamboyant !
 


La 3ème symphonie : un final à vous donner la chair de poule...
 (La direction est assurée par le chef russe Valéry Gergiev)
 
En ce début d'année, j'espère que cette pause musicale vous aura fait du bien... Un grand merci à P.J. pour cette révélation musicale !

A très bientôt pour parler figurines !

Philippe 
Repost 0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:00
     Ca y est ! Nous avons enterré 2009 et 2010 vient de montrer le bout de son nez. C'est l'occasion de se souhaiter une bonne année. A toutes celles et ceux qui fréquentent mon blog je souhaite d'abord la santé puis la prospérité (comme disait l'autre : " il vaut mieux être beau, riche et en bonne santé que laid, pauvre et malade...") et l'amour !
     Bien entendu, j'espère que 2010 apportera son lot de figurines et de maquettes ( ce ne sont pas les projets qui manquent!) et de scraps, de patchworks et de points de croix (là je m'adresse plutôt aux "filles" même si des "garçons" se livrent avec bonheur à ce genre de loisirs créatifs). 
Si vous avez du mal à lire ce message ou que la lumière de votre écran vous fait plisser les yeux c'est que vous avez commis quelques excès... ça ira mieux demain !
http://www.zanapa.biz/dotclear/images/waloo/waloogdebois.jpg 
Encore une fois (c'est gratuit ! ) : BONNE et HEUREUSE ANNEE !!!!! 

Le-chat_bonne-a-nez.jpg


Philippe 
Repost 0
Published by el_frances - dans Divers
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 10:01
Dans un précédent article, je vous avais présenté Keith Rocco, peintre militaire dont la majeure partie de l'oeuvre est consacrée à la guerre de sécession. Aujourd'hui, je voudrais vous faire découvrir l'oeuvre de Don Troiani, autre peintre militaire américain de renom.
L'encyclopédie en ligne Wikipédia nous donne quelques repères biographiques et nous explique notamment la naissance de cette vocation artistique :

" À la suite d'un voyage familial effectué à Paris en 1961 et lors duquel il découvre au musée des Invalides les tableaux d'Édouard Detaille, peintre qui le fascine et qu'il considère comme le plus grand des peintres d'histoire militaire et de batailles, Don Troiani décide de se lancer dans une carrière artistique et à cette fin, il entre en 1967 à la Pennsylvania Academic of Art de Philadelphie pour apprendre la peinture et le dessin. Il se heurte parfois à ses enseignants qui privilégient l'art abstrait alors qu'il désire peindre de manière réalististe mais il obtient son diplôme en 1971.

Passionné par l'histoire militaire de son pays, celle-ci lui offre un sujet d'inspiration quasi exclusif. La guerre de Sécession l'intéresse particulièrement et il réalise sur ce thème de très nombreuses toiles, tant sur les batailles que les uniformes et les personnages. Très exigeant avec l'authenticité, il réunit une impressionnante collection d'objets militaires et de livres (plus de 2000 volumes sur la guerre de Sécession) sur laquelle il appuie ses travaux. Ses œuvres sont exposées dans la plupart des musées historiques ou militaires des États-Unis (North Carolina Museum of History, West Point Museum...) ainsi que dans des organismes gouvernementaux tel le Pentagone. Il collabore auprès de nombreuses revues et publications: American Heritage Magazine, Time-Life books, Smithsonian Magazine, et travaille occasionnellement pour la télévision et le cinéma (Retour à Cold Mountain).

Outre Detaille, Don Troiani est influencé par les travaux de Jean-Louis-Ernest Meissonier, de Karl Rochling et dans une moindre mesure par ceux d'Alphonse de Neuville."


Maintenant à vous d'apprécier la qualité de ses oeuvres. Vu leur nombre, je vous mets un lien qui vous permettra d'accéder à une galerie de ses tableaux

http://www.historicalartprints.com/images/product_large/give_them_cold_steel_boys_lg.jpg

 

http://www.historicalartprints.com/images/product_large/69th_new_york_state_militia_lg.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon dimanche.

A bientôt.

Philippe

 

Repost 0
Published by el_frances - dans Guerre de Sécession
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 09:58
     Je poursuis, tout en lisant le livre de Antony Beevor (La guerre d'Espagne) ,mes pérégrinations sur la toile à la recherche d'informations complémentaires sur ce conflit et surtout de témoignages de contemporains des événements. Un nouveau livre a retenu mon attention et, sachant que certain(e)s se passionnent pour le sujet, je m'empresse de vous en communiquer les références. Il s'agit de l'Histoire intime de la Guerre d'Espagne (la mémoire des vaincus 1936-2006) de Patrick Pépin. Ce livre est le résultat de plusieurs heures d'interviews d'enfants de combattants républicains réalisés dans le cadre d'un partenariat avec France Culture. Il existe deux versions de ce livre dont une comporte deux CD audio. Je me suis commandé la version la version "simple" que je l'attends avec impatience.
histoire_intime.gifJe voudrais aussi vous signaler un site que j'ai trouvé intéressant car il présente tout une série de "héros anonymes" (plus ou moins) qui n'ont que rarement les faveurs des livres d'histoire. Certaines histoires sont assez édifiantes voire émouvantes.  Il s'agit du site de la Sociedad Benéfica de Historiadores Aficionados  y Creadores.

A titre d'exemple, j'aimerais vous présenter la courte biographie de Melchor Rodriguez (surnommé "l'Ange rouge").

melchorrodriguez.jpg
Melchor Rodriguez est au centre de la photo
Melchor Rodriguez (1893-1972) était un anarchiste. En novembre 1936, il est nommé "délégué spécial aux prisons". Dès sa prise de fonction, il met un terme aux exécutions sommaires et n'exécute que les sentences prononcées par les tribunaux. Son intervention sauve ainsi la vie d'une multitude de prisonniers dont Muñoz Grandes, Serrano Suñer, Sánchez Mazas, Miguel Primo de Rivera, Margarita Larios, Raimundo Fernández-Cuesta, etc.

En mars 1937, il suspend ses activités et accuse publiquement José Cazorla, alors conseiller de l'ordre public de la Junte de Défense de Madrid, d'avoir utilisé des méthodes "féroces".

A la fin de la guerre, il est arrêté, jugé et condamné. Mais au cours du procès, le général Muñoz Grandes vint témoigner en sa faveur. Grâce à cette intervention et à bien d'autres (je ne sais pas si Serrano Suñer, beau-frère de Franco, a fait partie des témoins à décharge...), la condamnation à un an et demi de prison fut annulée. Il retrouva ainsi sa liberté. A ses obsèques à Madrid, on put voir aussi bien des militants de la CNT que des franquistes...

J'aime ce genre d'histoire qui nous donne à croire encore un peu en l'homme...

Bonne journée.
Philippe
Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 08:57
     Je suis actuellement en train de lire l'excellent livre d'Antony Beevor. Il y explique de façon très claire les causes, le déroulement et les suites de ce conflit qui mit à feu et à sang l'Espagne de 1936 à 1939.

Dans ces pages, on trouve un bilan des pertes humaines établi à partir des travaux d'historiens internationaux, les voici :
- côté "nationaliste" (le camp de Franco...) on comptabilise 80 000 morts
- côté républicain, le nombre des victimes s'élève à 200 000.
Le général Queipo de Llano avait promis aux républicains  durant cette guerre "Sur mon honneur de gentilhomme, pour toute personne que vous tuerez, nous en tuerons au moins dix"...
Cela fait froid dans le dos !

Ce livre fait plus de 600 pages mais il vaut vraiment le coup.

On peut trouver sur internet des sites consacrés à ce thème sachant qu'il faut être prudent par rapport à ce qu'on peut y lire. Une amie (dont vous pouvez aller visiter le blog consacré au scrapbooking, à la couture et à plein d'autres choses sympas) m'a signalé un site particulièrement émouvant présentant les victimes de la répression franquiste à Madrid. A partir de ce site, vous pouvez aussi accéder à un "musée virtuel de la mémoire républicaine de Madrid".  Aujourd'hui, la guerre d'Espagne reste un sujet très sensible de l'autre côté des Pyrénées...

Bonne journée.

Philippe
Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 12:19
      Ces derniers temps, vous l'aurez remarqué, je me consacre à la fabrication des décors. En surfant afin de trouver quelques idées supplémentaires, je suis tombé sur quelques pages qui ont retenu mon attention et que je vous signale aujourd'hui.
     Mais avant de commencer, et pour ceux (rares à mon avis) qui ne les connaîtraient pas, je vous mets le lien vers deux sites commerciaux : hovels et
baueda qui proposent de magnifiques décors peints ou à peindre (c'est selon si vous avez un peu ou beaucoup de sousous dans la popoche...).
Ceci étant dit, passons aux sites pour bricolos (attention aux doigts)...

Le premier site que je vous propose est celui de Wargame et figurines.Voici la liste des décors que vous pourrez réaliser grâce à ce site.


cliquez sur l'image pour accéder aux articles.


Sur le site de "Euthanasor", vous trouverez un beau tutoriel pour réaliser une colline avec des moyens réduits. Pour ceux que cela intéresse, Nicolas (alias Euthanasor) explique comment réaliser une table modulable.

Je terminerai ce billet en vous signalant le blog de Greg qui vous propose, là aussi, de réaliser des éléments de décors à moindre coût. Les explications sont très intéressantes mais je trouve dommage qu'elles ne soient pas accompagnées de photos (j'ai fait part de cette remarque à Greg).





cliquez sur l'image pour accéder au sommaire des articles.












Si vous avez quelques écus au fond de vos bourses, vous pouvez vous acheter ce livre publié chez Games Workshop :

Si vous connaissez d'autres sites ou si vous avez des techniques de fabrication de décors, n'hésitez pas me le faire savoir. N'oubliez pas que le but de ce blog est de partager des trucs et des astuces...

Bon dimanche
Philippe




Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 17:16
     Un deuxième bâtiment a vu le jour dans le cadre de mon projet de construire des éléments de décor pour la période guerre de sécession. Il s'agit d'une grange. J'ai choisi de la peindre en rouge sombre réhaussé de blanc. Ce n'est pas une "fantaisie artistique" puisque je m'inspire d'illustrations trouvées sur le net. Cela ne veut pas dire que je ne ferai pas une grange aux couleurs plus conventionnelles mais j'ai pensé que cela sera sympa d'avoir une touche de couleur (autre que le bleu et le gris...) sur la table de jeu.
     Dans cet article, vous ne trouverez pas un "tutoriel" expliquant chaque étape de la réalisation car j'ai employé la même technique que pour la maison  que j'ai réalisée en balsa il y a quelques jours .
     La difficulté supplémentaire a été la réalisation du toit étant donnée sa forme (un triangle surplombant un trapèze). J'ai dû faire le toit en quatre parties et il n'a pas été facile de cacher la jonction entre les 2 morceaux de chaque pentes (le balsa a beaucoup de qualités mais, hélas, il n'est pas souple...).
Revue de détails...

















En situation


Et voilà !
Merci pour votre passage.
A bientôt
Philippe
Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 11:00
     Il y a un petit moment que je vous promets de mettre en ligne les photos de mes cavaliers sudistes que vous aviez vu en cours de réalisation. Ce sera chose faite aujourd'hui...

    L'imagerie de la guerre de sécession regorge d'illustrations de cavaliers sudistes hirsutes tous sabres et pistolets dehors. En voici une assez représentative de l'image qu'on s'en fait généralement

Ce tableau est l'oeuvre de Don Troiani (célèbre peintre militaire américain)

     Qui dit cavalerie sudiste, dit Jeb Stuart. Ce général fut tout aussi célèbre pour ses talents militaires que pour ses tenues originales (dans une armée où, il est vrai, la tenue des soldats défiait régulièrement le concept même d'uniforme). Ses contemporains le décrivent ,en effet ,comme ayant été souvent vêtu d'une longue cape, de gants lui couvrant tous les avant-bras et de bottes lui parvenant jusqu'à mi-cuisse. Les photographies le montrent également paré d'un chapeau orné d'une plume d'autruche. Ce chapeau est d'ailleurs conservé au Museum and White House of the Confederacy de Richmond
Encore une magnifique réalisation de Don Troiani

Le chapeau de Jeb Stuart

Le Major-General Jeb Stuart

 

     Mais revenons à nos moutons... La cavalerie confédérée comprend des régiments organisés en 10 compagnies fortes de 60 à 100 cavaliers. Parmi ces régiments, on distingue la cavalerie régulière des "partisans rangers" (dont un des plus célèbres est le colonel Mosby), des éclaireurs (recrutés majoritairement en territoire indien) et des courriers.

Le règlement de 1861 prévoit une tunique grise, un képi jaune à bandeau bleu foncé et un pantalon bleu ciel. Cette tenue devant être fournie par le cavalier himself, on comprend que la diversité se soit rapidement installée... Certains y voient l'expression du caractère indépendant et rebelle des cavaliers sudistes...

 

 

 

<<<Caporal en grande tenue règlementaire

 

 

 

 

 

 

             1st Virginia cavalry  >>>

 

 

 

 

 

 

1st Cherokee mounted rifles

 

Côté figurines, j'ai, comme d'habitude, utilisé des old glory 15mm et je dois avouer que j'ai pris un plaisir particulier à les peindre : attitudes variées et dynamiques, cavaliers barbus à souhait...

Voici donc les photos. Merci d'avoir patienté jusque là ! 

 

Le regiment au complet...

Les cavaliers sont tous en train de faire feu avec leur colt, leur carabine ou leur fusil .

 

 

 

 

Plaquette de commandement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Képis et chapeaux se côtoient ...

 

 

 

 

 

Une plaquette qui vous montre bien la diversité des attitudes.

Et pour finir, je citerai mon pote Alain-Spartacus-Jeannette-Lahire pour commenter cette dernière photo : "Mets des morts ça fera plus vivant..." (On sent la sagesse orientale pointer le bout de son nez...).

Que dire de plus après cette belle maxime ???? 

Juste un grand merci d'être passé me lire.

A bientôt.

Philippe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by el_frances - dans Guerre de Sécession
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 12:50
     Après les barrières, je me lance dans la fabrication d'une maison pour décorer ma table lors des parties de "Billy Yank". Comme pour la fabrication des barrières, j'ai majoritairement utilisé du balsa.
    La première chose à faire est de déterminer les dimensions. Pour cela, j'ai utilisé un Vae Victis où se trouvait une maison en bois russe mais j'ai fait le choix d'augmenter un peu les dimensions. Voici donc le plan de la maison.
Une fois les dimensions déterminées, il ne reste plus qu'à se mettre au travail.
Le tracé est fait au crayon à papier. Les lignes censées matérialiser l'espace se trouvant entre deux planches sont tracées au stylo à bille noir. Le balsa étant très tendre, la mine du stylo s'enfonce sans difficulté et laisse le tracé noir qui donnera du relief à notre batiment (au début de mon projet, j'avais envisagé de découper des lamelles de balsa et de les assembler...). Une fois tous les tracés effectués, le découpage s'opère au cutter. Attention, le balsa se coupe très facilement : la lame de cutter va parfois là où on ne veut pas qu'elle aille...
 



Le tracé










Première étape du découpage





                                                Le découpage est terminé...

      Avant d'assembler le tout, il ne faut pas oublier de mettre en place les fenêtres et les portes. Pour cela, il vous suffit de "creuser" un peu le balsa à l'aide du plat du cutter et de rajouter les croisillons des fenêtres.


     Passons maintenant à l'assemblage... Deux options possibles : faire une structure en carton sur laquelle vous collerez vos morceaux de balsa ou utiliser des "angles" qui serviront à assembler les différents éléments. Pour ma part, j'ai opté pour la deuxième solution. Vous aurez besoin bien évidemment de colle et, tout aussi important, de pinces à linge (attention de ne pas laisser de traces sur le balsa...).


       En haut de l'image, les "angles" récupérer dans je ne sais quel carton...







Ne prenez pas les épingles à linge les jours de grande lessive car Madame risquerait de vous faire les gros yeux... (macho !!!! Mais oui les hommes aussi étendent la lessive...).



Après avoir attendu que l'ensemble sèche (ne vous précipitez pas pour enlever les pinces à linge ! ), il vous faudra renforcer la partie triangulaire des pignons car le balsa a tendance à se déformer.

Cette maison permet de rentrer deux plaquettes. Cela n'est pas très important dans Billy Yank puisque ce n'est pas la capacité des bâtiments qui compte mais celle de la zone construite.


Que manque-t-il ??? La toiture bien sûr ! Même matériau, même technique sauf que j'ai tracé les "tuiles" en appuyant très peu sur mon stylo. Les deux morceaux sont assemblés à l'aide de scotch renforcé et le faitage est réalisé avec un morceau de pique à brochette.
Il suffit ensuite d'appliquer un lavis de terre d'ombre naturelle sur la toiture et les murs de la maison.


Pendant que tout cela séche, vous pourrez réaliser la cheminée. Pour cela, je vous conseille d'utiliser la pâte auto-durcissante à l'air que vous trouverez dans n'importe quel magasin de loisirs créatifs. Pensez à bien refermer le sachet et placez-le au réfrigérateur.

        Une fois la forme désirée obtenue, tracez les pierres à l'aide du cutter. Nettoyez régulièrement la lame. Je vous conseille aussi, lors de la phase de modelage, de mouiller vos doigts régulièrement afin d'éviter de laisser vos empreintes sur la cheminée. Pour le séchage, comptez une demie journée.

Pendant ce temps, vous allez pouvoir éclaircir selon votre goût la toiture et les murs à l'aide de brossages à base d'ocre, de blanc, de terre d'ombre naturelle éclaircie.























Une fois la cheminée sèche, passez une base grise puis un lavis noir. Laissez sécher et brossez avec du gris clair puis du blanc pur (légèrement). Il ne vous restera plus qu'à coller la cheminée sur votre maison !
















Votre maison est terminée. Pour vous montrer ce que cela donne, j'ai ajouté un cliché "en situation".


J'espère que cet article vous aidera à réaliser ce genre de décor. Merci de m'avoir lu jusqu'au bout. A bientôt.
Philippe
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de el_frances
  • Le blog de el_frances
  • : site consacré aux figurines (15, 20 et 28mm)et aux jeux avec figurines (Empire, Guerre de Sécession, Guerre d'Espagne, Seconde guerre mondiale.
  • Contact

Recherche