Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 15:30

     Ce mois de décembre aura été pour moi l'occasion de tester la règle "No pasaran" grâce à mon complice de toujours Alain-Spartacus-Jeannette-Lahire. Il commandait les troupes républicaines et moi les troupes nationalistes.

     Le scénario utilisé a été tiré du Vae Victis n° 20 (mai-juin 1998).


Contexte historique :


A la mi-octobre 1937, au nord-ouest d’Aranjuez, de violents combats vont opposer la 14ème Brigade internationale du lieutenant-colonel Jules Dumont, essentiellement composée de troupes francophones, aux légionnaires du Tercio, dans les rangs desquels figurent des volontaires français de la « phalange Jeanne d’Arc ». Les franquistes ont pour objectif de contrôler les voies de communication qui relient Madrid à Valence, et les lignes républicaines sont soumises à un intense pilonnage d’artillerie.

            La lutte est sans merci, on se bat à l’arme blanche, et d’une position à l’autre fusent des insultes bien françaises qui ne dépareraient pas dans un embouteillage parisien ! Lorsque le front se stabilise enfin après trois jours de furieux combats, les républicains ont tenu leurs positions, mais la 14ème Brigade internationale a perdu à elle seule plus de 1 200 hommes… ¡No pasaran !


Ordres de bataille



Le terrain

Règles particulières

Le canal est impassable excepté par les ponts.

Le joueur républicain dispose 40 cm de retranchements dans sa zone de déploiement.

Le joueur nationaliste se déploie dans les 30 cm du bord ouest de la table.

Les fantassins des deux camps sont très motivés excepté le bataillon Germinal dont le moral est calculé aléatoirement (milicien).

Le commandement nationaliste est très compétent et le commandement républicain normal.

Le T-26 républicain intervient sur un As rouge et entre par une route à l'est de la table.

La partie se joue en 3 paquets de carte.


Conditions  de victoire :

     Pour gagner, le joueur nationaliste doit s'emparer de 20 cm de voie ferrée et/ou de la route parallèle.




 

(Pour écouter "El paso del Ebro", Chant républicain)



Le compte-rendu


A mon arrivée le terrain était déjà en place et, comme toujours, il était parfait !

Vue générale (Repérez les ponts ! )

Vue du village aux mains des Républicains.

Avant de commencer à disposer nos troupes visibles, les Républicains ont déterminé le moral des milices anarchistes. Le jet de dé à donné 2, ce qui signifie que les miliciens sont peu motivés. Inutile de préciser que ce premier point m'arrange... Je n'aurai pas en face de moi des hordes fanatiques ! 

La partie peut alors commencer. Pour déterminer le camp qui a l'initiative, nous retournons la première carte et voilà ce que je découvre (Là ça ne m'arrange pas ! ).

Cela signifie, en effet, que les Républicains commencent et qu'en plus le T-26 va pouvoir entrer dès le 1er tour !!!

Le dispositif est simple à résumer :

- sur une rive, les nationalistes partent à l'assaut du pont situé au sud de la table.

- sur l'autre rive les Républicains défendent avec acharnement le pont sud et les retranchements.

Ma stratégie a consisté à utiliser les canons de 75 en les plaçant sur les hauteurs et à leur faire opérer un pilonnage intensif sur les troupes à proximité du pont avant de lancer la Légion à l'assaut.

Les Républicains ont, quant à eux, placé un canon anti-char à l'entrée du pont sud soutenu par le T-26. Disposant moi aussi d'un T-26, nous avons eu un beau duel...

J'ai donc complétement délaissé la partie nord de la table : le village car mes troupes étaient moins performantes en combat de rue que les Brigades internationales. J'ai juste placé 2 panzers 1 en couverture au cas où...

Petite précaution : vous aurez noté que la colline comporte un charmant petit bois... M'étant déjà fait avoir dans une autre partie (guerre de 70) pour avoir négligé la reconnaissance d'un bois, j'ai décidé d'envoyer ma cavalerie maure. Le bois était finalement vide ou presque...


Plus sérieusement, le bois était vide et mes troupes ont pu progresser sans encombre.

Voici donc quelques images de ce déploiement.

Les nationalistes progressent.

La cavalerie républicaine et le canon antichar sont chargé de l'accueil...

Les nationalistes continuèrent à se déployer, en essuyant quelques tirs sans résultats inquiétants.


L'artillerie commence à gagner les hauteurs et les maures progressent 

Un prêtre fanatise les troupes !

La défense républicaine s'organise : le T-26 s'approche du pont ! 


Une attaque aérienne est lancée par les Républicains et une contre-attaque nationaliste suit. Les Regulares maures subissent des pertes et voient leur effectif chuter de moitié...

Un polikarpov I-15 et I-16 passent à l'attaque.

La riposte nationaliste n'empêche pas les "moscas" de faire leur boulot.


Cela n'arrête pas l'avancée nationaliste et les Tercios de la Légion se déploient. L'artillerie entre en action.

Au sol, l'attaque du pont est prête. Elle sera longue et dure.

Notez les deux canons de 75 sur les collines à gauche et à droite.

Après le duel aérien, vient le duel des T-26. Cette lutte pour le pont ne sera que reculset reprises de position par les Républicains. Sans les 2 canons de 75, les nationalistes ne seraient pas venus à bout de la défense républicaine. Et oui, ce sont les nationalistes qui ont remporté ce combat mais je dois reconnaître qu'Alain n'avait pas la position la plus facile : il avait une position à défendre qui s'étalait sur toute la largeur de la table. Il avait donc réparti ses troupes alors que j'ai fait le choix d'attaquer massivement à un endroit. Il disposait d'un canon de 75 mais celui-ci n'était pas au bon endroit...

Le T-26 républicain n'a pas une porté suffisante pour inquiéter les canons de 75 nationalistes


Le T-26 républicain est repoussé et le canon antichar est finalement détruit. Les miliciens de la FAI tentent de venir en renfort mais ils ne font pas le poids contre l'armée d'Afrique.

L'antichar détruit, la voie est libre pour les tercios de la Légion

Les légionnaires se préparent à "accueillir" les anarchistes


Les nationalistes contrôlent finalement la route et la voie ferrée. Victoria !

Le prêtre est descendu de son char et prend possession du pont.

"Viva el cristo rey" (Les maures ne sont peut être pas vraiment convaincus...)


Le gros de l'affrontement a eu lieu sur la partie sud de la table. Au Nord seuls deux panzers ont tenté de percer les défenses des Brigades internationales. Celles-ci ont tenu !


Quant à la compagnie de Gardes civils, elle a préféré partir à la chasse aux lapins (je l'ai oubliée dans le bois...).


En résumé : une super partie. On s'est bien amusé. Comme d'habitude, on ne s'est pas engueulé (c'est important !). Et on a terminé en réfléchissant à une prochaine bataille...

Cette partie a mis en évidence le rôle décisif de l'artillerie de position. Les blindés ne pouvaient pas emporter la décision seuls (ce qui est historique). "No pasaran" est une bonne règle d'initiation qui mérite d'être améliorée ou plutôt amendée au gré des parties.

Image d'archive perso...


Avant de terminer ce compte-rendu, je dois vous avouer que j'ai été un peu déloyal envers mon "adversaire" car j'ai utilisé une arme (secrète) qui ne figurait pas dans l'organigramme nationaliste. Cette arme (à double tranchant) que vous allez découvrir à eu d'énormes conséquences sur le moral de mon adversaire . Âmes sensibles s'abstenir

Premier tir ! (Alain a été perturbé par le petit tatouage aux armes de la Falange)


2ème tir (No pasaran !)


JOYEUX NOËL A TOUTES et A TOUS

C'est juste pour changer du traditionnel sapin qui clignote

ou du Père Noël qui fait coucou... Promis


Repost 0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 19:04
Je continue mon projet "Guerre civile espagnole" avec cette maquette de Panzer 1 aux couleurs du Tercio espagnol (la légion). En effet, je me suis rendu compte, grâce à un site sur les blindés "nationalistes",  que les panzers 1 n'avaient pas été simplement gris (les républicains les surnommaient les "negrillos" de l'espagnol negro = noir) mais que certains d'entre-eux étaient peints avec des couleurs "camouflage" comme le montre l'illustration ci-dessous.


Je ne ferai pas de grand discours sur le Pz 1 car c'est un blindé assez bien connu en raison notamment de sa présence en France en 1940... Juste une petite vidéo où vous le voyez en action.

Voici donc la maquette en question. Il lui manque le socle mais j'attends, dans un souci d'efficacité, d'avoir plusieurs véhicules à socler... Là encore j'ai opté pour un camouflage "flou" (on aime ou on aime pas...).








 






Hasta luego Amigos !


Repost 0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 14:35

Un nouvel appareil a rejoint les rangs républicains : le Letov S 231. Laissez-moi vous le présenter en quelques mots.


Letov 231 S aux couleurs de la Tchécoslovaquie



HISTORIQUE

Un chasseur puissant :

Réalisé en 1933, le S 231 conçut par la firme Letov était un monoplace de chasse de formule quelque peu dépassée pour son époque de création mais qui possédait quelques éléments novateurs qui firent l’essentiel de son succès. Ce biplan, aux ailes d’envergure inégales, était construit en bois et en métal et était pourvu d’un train d’atterrisage fixe de dimensions importantes. Doté d’un fuselage de section quasi cylindrique, et équipé d’un moteur Bristol Mercury IV de 560 ch, le Letov S 231 disposait d’un atout considérable : sa puissance de feu remarquable. 4 mitrailleuses non synchronisées étaient montées par 2 sur le plan inférieur. Chaque groupe de mitrailleuses, intérieures et extérieures, était réglé à un point de convergence différent qui pouvait etre modifié en cours de combat.


Au service de la République espagnole :

Sur les 25 appareils de série réalisés, 19 furent livrés a l’aviation républicaine espagnole. 7 furent engagés contre les troupes Franquistes dès la fin de 1936, tandis que les 12 autres, livrés plus tardivement aux Grupo 71, continuèrent le combat jusqu’a la réddition finale. Certains exemplaires, encore en état de vol, tombèrent aux mains des forces nationnalistes.


Caractéristiques :

Moteur : 1 Bristol Mercury IV S2 de 560ch

Performances : vitesse max=348km/ a 5000m ; plafond pratique=9300m ; autonomie=450km

Masse : au décollage=1730kg

Dimensions : envergure=10.06m ; longueur=7.80m ; surface ailaire=21.50m2

Armements : 4 mitrailleuse CZ moèle 28 de 7.92mm pouvant être réglées en distance durant le vol.

(Source : http://jamess.free.fr)


CÔTE MAQUETTE

La maquette que vous allez voir est de la marque KP. Je rappelle que je ne suis maquettiste et que ce modèle sera utilisé pour le jeu. Les priorités sont donc la réalité historique et le côté esthétique. Cette maquette n'a pas la prétention de concourir dans un salon de la maquette...

Comme pour les Polikarpov I15, j'ai réalisé les photos en tenant la maquette à l'aide d'une pique de brochette (j'ai percé le fuselage). Suite à la suggestion de Miji, j'ai retravaillé les photos afin de faire disparaître la fameuse pique. Le fond est tout simplement, le ciel tarnais en ce mardi brumeux...
































Tout a été fait à la peinture, exceptée la référence CL-009 qui est un décal. Certains trouveront l'appareil trop vieilli, c'est un choix personnel. J'aime bien ce type de peinture où la couleur est un peu délavée.


Merci pour votre visite !

A très bientôt.

Philippe

Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 17:50
Me revoilà après quelques semaines de silence... Ce nouvel article va m'amener à vous parler de mes débuts dans le 15mm empire (je précise 15mm empire car il y a une quinzaine d'années j'avais peint quelques "cafards" sassanides 15mm de chez essex ; la gravure n'était pas vraiment terrible...).
Cette nouvelle incursion dans le 15mm découle de plusieurs constats :
- la qualité de gravure du 15mm s'est considérablement améliorée (du moins pour certaines marques...),
- l'offre est très variées (les armées britanniques "péninsule", espagnoles et portugaises sont bien représentées)
- et, en ces temps de crise, les prix sont imbattables (un bataillon à 20 figurines revient environ à 7,50€ alors qu'avec la même somme on ne peut espérer avoir que 4 ou 5 figurines 28mm).
A ces raisons s'ajoutent la rapidité de peinture (ce qui n'est pas forcemment synonyme de barbouillage) et la compatibilité avec mes armées guerre civile espagnole (je pourrai ainsi réutiliser les décors...).
Mais il ne suffit pas de constater tout cela ; il faut aussi aimer peindre à cette échelle... Les premiers tests 15mm ont été faits sur des Old Glory Guerre de Sécession 15mm (des vrais 15mm). Je vous les montrerai dans le prochain article (c'est promis! Trois bataillons nordistes sont peints et soclés). Mais entre les uniformes guerre de sécession et ceux du 1er Empire, il y a une sacrée différence... La solution a été trouvée avec les figurines "Fantassin miniaturas". Ces figurines sont, en effet, plus proches du 20mm que du 15mm (18mm environ) et la  gravure est très bonne. Le problème dans le choix du 18mm est la compatilité avec les autres marques (c'est un point important car on évite ainsi d'être déçu en recevant ses figurines et en constatant qu'elles sont plus grandes ou plus petites que celles que l'on a déjà). Ma petite enquête m'a amené à conclure que seules les figurines AB (d'excellente qualité) sont compatibles avec les Fantassin miniaturas. Mais pas d'inquiétude : avec ces deux marques, je peux peindre la plupart des armées de l'époque.


Voici donc les photos de mes débuts (il s'agit de quelques figurines qui m'ont été envoyées gracieusement par Fantassin)

Par ordre d'apparition, vous découvrez : une plaquette d'infanterie anglaise, quatre fantassins de la ligne espagnols (2 fusiliers en bicorne, un grenadier et un officier) ainsi que deux fusiliers du régiment de Santa Fe (encore des Espagnols...).
Au niveau de la technique de peinture, je suis en pleine recherche. Je n'ai pas encore adopté la technique dite au noir (où on utilise la sous-couche noire pour surligner les détails et les plis). J'ai essayé d'utiliser à la fois le noir mais aussi la terre d'ombre brûlée (en jus) pour mettre en valeur certains détails. J'ai aussi eu recours au brossage mais il semble qu'il ne faille pas trop exagérer car un brossage excessif tend à "éteindre'" trop les couleurs or à cette échelle il faut que ça "pète".
(Petite précision : les socles sont provisoires)





J'attends bien entendu vos commentaires et vos conseils car je me retrouve dans la peau du débutant.

A très bientôt.
Philippe




Passez un bon Noël !


Repost 0
Published by el_frances - dans Premier Empire
commenter cet article
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 14:12
    
     En utilisant mon movies maker, je suis parvenu à mettre sous la forme d'une petite vidéo mes dernières réalisations. En prime, vous avez l'hymne des regulares en musique de fond.
C'est une vidéo basique que j'ai réalisée pour tester le logiciel mais je m'appliquerai davantage pour les prochaines vidéos...

     J'ajoute une vidéo réalisée à partir de photo d'époque où vous pourrez voir, notamment, quelques photos de regulares. Au début, vous apercevrez des Requetés.
La technique de réalisation est très simple. Pour la mettre en ligne, il suffit d'ouvrir un compte sur "youtube" par exemple.

A bientôt.
Philippe

Repost 0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 13:52
     Dans un article précédente, je vous avais présenté l'infanterie maure engagée dans les rangs des "nationaux" durant la guerre civile. Aujourd'hui, je mettrai en lumière leurs homologues à cheval sous la forme d'un didacticiel de peinture.
     Pour peindre ces douze cavaliers, j'ai décidé de les doter de chevaux gris pommelés (je n'ai pas choisi la simplicité mais cela reste abordable en 20mm).

1ère étape : la sous-couche
     Comme à mon habitude, j'utilise une sous-couche noire Humbrol appliquée très diluée au pinceau. Cela permet d'avoir une bonne accroche et de ne pas masquer les détails (au contraire ! )

2ème étape : la base grise
     J'ai utilisé le "gris mer foncé" de chez Life color et j'ai ensuite mis en évidence les "creux" à l'aide d'un jus noir (peinture acrylique Lefranc&Bourgeois).

Etape 3 : Le brossage blanc
     Afin de mettre en valeur le relief du cheval, j'ai pratiqué un brossage gris clair puis blanc. Ensuite, pour réaliser le pommelage, j'ai utilisé du blanc que j'ai appliqué avec un pinceau un peu "ébouriffé". L'application se fait avec une peinture "à sec" (sans ajout d'eau) et par touches.

Etape 4 : les parties "chair"
Je commence toujours mes figurines par le visage et les mains ; c'est "l'âme" de la figurine. Ici j'ai appliqué ma technique habituelle : chair foncée (de chez Prince August) puis jus de terre d'ombre brûlée.

Etape 5 : La Terre d'Ombre Brûlée (TOB)

     D'ordinaire, je passe la couleur de base et j'utilise un jus à base de TOB diluée. Suite à la lecture d'un article sur la technique dite de la peinture au noir et qui consiste à utiliser la sous-couche pour donner du relief, j'ai décidé de passer d'abord un fond TOB avant d'appliquer la couleur de base puis de réaliser au brossage avec la couleur de base éclaircie. Cela permet en plus de peindre toute la base des parties en cuir (bottes, sacoches, sangles de la sellerie).

Etape 6 : Le noir
     Le noir va me servir à renforcer les creux au niveau de turban et à assombrir les parties en cuir. Je m'en sers aussi pour peindre les cheveux et la  barbe des cavaliers.
Ensuite, je réalise un brossage blanc en deux passages sur le turban et en un seul (très léger) sur la barbe.

























Etape 7 : La veste et le pantalon

     Pour la tunique, j'utilise un mélange de jaune d'or (Prince August 948) et de Terre de Sienne (Lefranc&Bourgeois). Comme j'ai déjà ma base de Terre d'Ombre Brûlée, je vais appliquer mon mélange avec la technique du brossage. Je le fais en 2 passages car la TOB a tendance à "remonter". Ensuite, je brosse avec mon mélange auquel j'ai ajouté une touche de blanc.































Le cas de l'officier : une petite "transfo"
      Si vous êtes un fidèle de mon blog, vous commencez à savoir que j'aime bien "bidouiller" les figurines pour les rendre uniques. Au départ, voilà comment était l'officier.














     Je me suis amusé à lui ajouter une cape en utilisant la technique du kleenex (voir cette méthode dans la rubrique "Côté technique" : en gros, on trempe le kleenex dans de la colle blanche légèrement diluée et on lui donne les plis souhaités...).

Avant peinture :
















     J'ai ajouté la capuche après séchage de la cape. Il s'agit juste d'un petit triangle ; la peinture fait le reste.

Après peinture :




















La cape vue de dos. Le relief de la capuche est essentiellement donné par les effets d'ombre.

     Je passe sur les techniques de soclage que j'ai déjà évoquées dans un précédent article et je vous montre donc directement le résultat final.

















C'est terminé pour cette fois ! Je vous dis à très bientôt !
Je passe à la guerre de sécession 15mm...

Philippe
Repost 0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 18:52
       Aujourd'hui, j'ai reçu un "chapiri" (autrement dit un calot) de la légion espagnole que j'ai trouvé, pour une vingtaine d'euros, sur le site www.todocoleccion.net
On y trouve plein de choses ; allez-donc y faire un tour.
Ce "chapiri" ne date pas de la guerre civile (en réalité il est neuf) mais, dans le domaine du militaria - n'étant pas un spécialiste -  je préfère me contenter d'une réplique plutôt que d'acheter au prix fort un "faux" modèle datant soit-disant de la guerre civile...
Voic
i donc la bête...
Il trônera dans ma vitrine en arrière de mes figurines et je compte mettre en vis-à-vis un béret anarchiste ou communiste (que je vais me bidouiller). Je les sortirai pour les batailles afin de faire une photo souvenir avec mon partenaire de jeu (je préfère au mot "adversaire"...).
Si vous voulez voir ce que donne le travail de recontitution pour cette période, je vous conseille de visiter le site de Frente de Madrid. Ce groupe de reconstitution espagnol fait du beau travail et affirme clairement que son objectif n'est pas de présenter une vision partisane de l'histoire (ce n'est pas toujours le cas. Surtout sur ce genre de conflit).
Côté figurine, je suis en pause mais je compte m'y remettre très vite.

Hasta luego companeros !

Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 19:43
Bruno est venu visiter mon blog et il a eu la gentillesse de répondre à mon appel à contribution en me faisant parvenir via mon adresse mail deux photos de deux dioramas sur la Guerre civile espagnole réalisés au 1/35 (cliquer ici pour faire de même...). C'est donc avec un grand plaisir que je mets en ligne le fruit de son travail. N'hésitez pas à laisser des commentaires, je suis sûr qu'il en prendra connaissance et, s'il souhaite vous répondre, je me ferai son intermédiaire.
Il vous propose d'abord un véhicule hétéroclite quelque part dans une rue d'Espagne. Notez les affiches de propagande collées au mur ainsi que le slogan... On s'y croirait !




















L'autre diorama représente des tankistes républicains au repos. Le char est un Renault FT-17 (rare blindé fourni par la France au gouvernement républicain)
Bruno est aussi un blogueur. Je mets le lien vers son site : en route pour le monde du 1/35 !
Vous y bénéficierez de conseils pour réaliser des décors à cette échelle et vous pourrez y découvrir d'autres réalisations de Bruno.

Merci encore Bruno et j'espère que
d'autres "visiteurs" suivront ton exemple !


Philippe
Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 18:25
Après le Premier Empire, la Guerre Civile Espagnole, une nouvelle rubrique va bientôt voir le jour : la Guerre de Sécession. Vous y découvrirez mes premières figurines 15mm consacrées à cette période. Un peu de patience, il faut d'abord que je termine ma cavalerie maure guerre civile espagnole et je m'attelle ensuite à la guerre de sécession...


A très vite !
Philippe
Repost 0
Published by el_frances - dans Guerre de Sécession
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 00:00
Le numéro 3 de Vae Victis "les thématiques armées miniatures" est sorti !


Chacun y trouvera son compte...
Le sommaire
Histoire + campagne : La Bête du Gévaudan (Il faut posséder la règle "Seigneur des anneaux" ou "Legends Of The Old West" ou "Legends Of The High Seas"...dommage pour ceux qui ne l'ont pas...)
Technique : Les figurines plastiques Valiant 2e partie
Technique : Les figurines 15 mm Empire
Extension : Tactique, l’Empire facile 2e partie
Technique : Le flocage
Technique : Les figurines plastiques 1/72e Empire
Règles + Scénario : Les champs d’honneur
Histoire + Scénarios : Villers Bocage 1944 (pour Section d'Assaut 2)
Hobby : Jouer avec des Playmobil (Retombons avec bonheur dans l'enfance..)
Technique : Les Australiens durant la seconde guerre mondiale
Hobby + interviews : Great War (WH)
Extension : Coliseum : les pugilistes et les Equites
Technique : Les décors


Bonne lecture et à bientôt.

Philippe
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de el_frances
  • Le blog de el_frances
  • : site consacré aux figurines (15, 20 et 28mm)et aux jeux avec figurines (Empire, Guerre de Sécession, Guerre d'Espagne, Seconde guerre mondiale.
  • Contact

Recherche